LA VIE ASSOCIATIVE

I –  HISTORIQUE DE L’ASSOCIATION

Au milieu des années 90, le chômage reste la première préoccupation des élus locaux, des professionnels de l’emploi, du travail social et de la formation. C’est donc logiquement qu’un groupe de quelques personnes appartenant à ces divers milieux socio-professionnels se retrouvent fin 93 et début 94 pour s’interroger sur les actions possibles en faveur des habitants du pays Horte et Tardoire privées d’emploi. Les industries locales disparaissent les unes après les autres et l’idée de favoriser la création d’emplois locaux par le soutien des initiatives locales s’impose. Dans le même temps, un constat domine auprès des demandeurs d’emploi: les informations sur l’emploi ne viennent pas dans nos communes rurales, il faut aller les chercher à Angoulême. Le pays Horte et Tardoire est la seule zone rurale de Charente n’ayant pas de relai local pour informer les chômeurs sur l’emploi et la formation.

La décision est prise le 31 août 1994 au Centre de Promotion Rural de Marthon par quelque 120 participants issus de tous les secteurs socio-professionnels du pays d’Horte, de créer l’association C.I.D.I.L. (Carrefour pour l’Insertion et le Développement des Initiatives Locales). Son Conseil d’administration devra représenter les trois cantons du pays c’est à dire Montbron, La Rochefoucauld et Villebois-Lavalette tout en veillant à ce que les divers milieux socio-économiques et les principaux acteurs (entreprises, associations, élus, habitants) soient présents au sein de l’association.

Quatre ans plus tard, alors que la toute nouvelle communauté de communes Seuil Charente Périgord vient d’acquérir les bâtiments d’une ferme à Souffrignac, un accord est passé avec le CIDIL pour mettre en place une activité jardinage en faveur de l’insertion des personnes les plus éloignées de l’emploi. Les Jardins du Bandiat sont nés, les locaux vont être aménagés, rénovés pour répondre au mieux aux besoins d’une production légumière et d’animations locales qui seront créées progressivement par le CIDIL sur ce site. Un partenariat constructif se met alors en place avec la commune de Souffrignac pour faire connaître et faire vivre ce lieu agréable et accueillant.

II – LE PROJET ASSOCIATIF

  • Notre philosophie

Le projet de l’association s’articule autour d’un certain nombre de valeurs et de principes partagés par l’ensemble de ses adhérents. Ces valeurs ont été redéfinies à l’occasion d’un travail du Conseil d’administration conduit en 2008/2009 et présenté à l’assemblée générale du 25 juin 2009. Solidarité, respect et valorisation des personnes, implication des élus locaux et autres membres de l’association, travail en équipe et en partenariat avec l’ensemble des acteurs locaux, travail collectif créateur de lien social, actions en cohérence et respectueuses de l’environnement au service de la qualité de la vie… autant de mots ou expressions au service d’une même finalité pouvant se résumer ainsi: « Mener toutes actions en faveur de l’emploi et de l’insertion socioprofessionnelle sur le pays Horte et Tardoire dans le respect de la dignité humaine tout en participant à la qualité de la vie et au respect de l’environnement ».

Nos actions

Le CIDIL conduit depuis plusieurs années les actions suivantes dont le détail pourra être consulté par ailleurs sur ce site:

  • un Espace Emploi décentralisé sur chaque canton du pays,
  • un Lieu Ressources au service des bénéficiaires du RSA,
  • un Chantier d’insertion avec pour support une production maraîchère biologique,
  • un accompagnement socioprofessionnel des salariés participant aux chantiers d’insertion des Jardins du CIDIL et des chantiers de bordures de rivières
  • un accueil du public sur le site du jardin que ce soit pour la vente de nos produits, pour une information des habitants et des scolaires sur la culture biologique ou encore pour des animations locales selon les thèmes annuels choisis

 

Les moyens mis en œuvre

Le CIDIL occupe à titre gratuit les locaux de Souffrignac appartenant à la communauté de communes Seuil Charente Périgord. Les permanences de l’Espace Emploi se déroulent dans des locaux mis gracieusement à disposition soit par la commune (Montbron), soit par la communauté de communes (Villebois-Lavalette). Le siège de l’association se situe 8 rue de l’Aumônerie à La Rochefoucauld, dans un local loué par l’association.

Le personnel permanent chargé de la mise en œuvre des actions précitées se compose d’une directrice, d’une secrétaire comptable et de 6 autres salariés permanents. Les jardins du Bandiat accueillent 12 salariés en insertion suivis par l’accompagnatrice socioprofessionnelle en même temps que les 9 salariés en insertion des chantiers rivières dirigés par les SIAH du Bandiat, de la Tardoire et de l’Echelle.

Le financement de l’association est lié aux nombreuses conventions contractées avec le pays Horte et Tardoire, le Conseil Général de la Charente, le Conseil Régional Poitou-Charentes, l’Etat et l’Europe. Ce financement est complété par les ventes de produits (légumes, plants de légumes, confitures…) ou de services divers (écoles, groupes d’adultes, SIAH, etc.).

 

III – LE FONCTIONNEMENT ASSOCIATIF

L’association élit et renouvelle chaque année par tiers lors de son assemblée générale annuelle un Conseil d’administration qui se réunit au moins une fois par trimestre. Ce dernier définit la politique globale de l’association en décidant des actions conduites par le CIDIL et vote le budget permettant de mener à bien ces actions. Il délègue à un Bureau qui se réunit mensuellement et à son Président les décisions qui relèvent du fonctionnement quotidien de l’association.

Les questions relatives aux actions sont pour la plupart traitées en commissions qui font leurs propositions au bureau. D’autres problèmes spécifiques sont ponctuellement traités par des groupes de travail. Les commissions et groupes de travail mis en place en 2009 se déclinent ainsi:

  • une commission « Production » (relative aux jardins)
  • une commission « Animation » (liées aux activités d’accueil du public)
  • une commission « Accompagnement socio-professionnel » (au service des actions d’accueil et de suivis des demandeurs d’emploi ou publics en insertion)
  • une commission « Communication » qui traite des problèmes de communication externe ou interne
  • un groupe « Finances » qui prépare le budget annuel et traite si besoin les problèmes de trésorerie
  • un groupe « Evaluation de nos actions » dont l’objectif est de mettre en place et d’adapter les outils d’évaluation des actions menées au sein de l’association
  • un groupe « prospectives » chargé de mettre en place au sein du CIDIL une veille territoriale afin de mieux connaître notre territoire et ses besoins en termes d’emploi et de formation

 

Les bénévoles de l’association jouent un rôle essentiel pour aider les permanents dans certaines de leurs activités telles que les marchés, la production de confitures ou encore l’animation lors des manifestations annuelles (foire aux plants, journée des jardins, Mijhot, fête de la courge…)